Téléphone
+(33) 02 48 83 11 44

Adresse
ZAC de la Garenne
24 avenue de Saint Sauveur
18120 Méreau - France

 

Le parallèle avec l’Homme est facile mais il fonctionne : pour être en bonne santé, votre PC a besoin d’une alimentation saine et équilibrée !

Et c’est la mission de votre alimentation PC, parfois aussi appelée PSU pour Power Supply Unit, qui est en quelque sorte son cœur : sans elle, rien ne s’allume ! Plus concrètement, elle reçoit un courant alternatif de 230 V qu’elle doit transformer en courant continu de tensions inférieures (+3,3, +5, +12, -12 V) pour fournir l’énergie à tous les éléments du PC (carte mère, disques durs, etc.).

alim 1 1

Ce n’est pas le plus sexy des composants mais sans alimentation, point de PC qui tourne !

PSU : un rôle relativement simple mais crucial et parfois sous ou sur estimé.

Une alimentation pas assez puissante et ce sont les tensions délivrées qui ne sont pas stables, entrainant des ralentissements, redémarrages et autres joyeusetés.

Et si c’est la qualité qui lui fait défaut, le risque peut être pire, l’alimentation peut alors être rapidement HS et même parfois entrainer, avec elle, la mort d’autres composants de la machine.

Il ne faut donc pas la choisir à la va-vite et bien évaluer ses besoins car elle est bien sûr active en permanence dès lors que le PC est allumé.

Et vous verrez que ce n’est pas si simple car il y a plusieurs types d’alimentations d’ordinateur et leurs caractéristiques techniques ne sont pas toujours évidentes à comprendre pour qui n’est pas un spécialiste de l’électricité…

 

Alimentations : des marques de poids
Notre catalogue est le fruit d’une vraie sélection, c’est encore plus vrai en matière d’alimentations PC.

Au-delà des performances, c’est un composant qui peut se révéler dangereux s’il est mal conçu. Il faut donc veiller à opter pour une référence au fonctionnement irréprochable et de ce côté, les grands noms du secteur ont une belle avance. Preuve en est, certaines marques renomment des blocs conçus par un expert de l’alimentation. Il n’est ainsi pas rare de trouver du Seasonic par exemple derrière un autre logo. Dans ce cas, la confiance n’est peut-être pas balayée mais on veillera en revanche à ne pas choisir des alimentations No Name ou de marques obscures…

Les différents types

Si la mission d’une alimentation pour ordinateur est la même quel que soit le modèle, toutes ne le font pas de la même façon. Et elles ne vont également pas dans tous les PC.

Les différents formats

Le premier distinguo entre toutes les alimentations PC est « physique ». Comprenez, elles n’adoptent pas les mêmes dimensions pour s’insérer dans les différents boîtiers d’ordinateur.

Le format le plus répandu est sans conteste l’ATX. Ce qui veut dire une longueur de 150 mm et 86 mm de haut pour pouvoir être fixé dans les boîtiers du même nom.
Dérivé de ce format et beaucoup plus rare (parfois utilisé dans les serveurs et monté en redondance), le FlexATX en est le petit frère. Et toujours dans la même famille, il existe le TFX avec des dimensions officielles de 146 mm (L) x 83 mm (l) x 64 mm (H).

Pour ceux qui ont des boîtiers plus petits, de type micro ITX par exemple, c’est vers le format SFX (125 x 63,5 x 100 mm) qu’il faudra se tourner. Il a une variante, le SFX-L, qui se veut plus profond.

Selon votre boîtier, veillez donc bien aux dimensions de votre alimentation.

alim 1 2

Plus petites mais tout aussi performantes, les alimentations SFX peuvent aussi être modulaires.

Refroidissement

Le bloc d’alimentation est l’un des composants d’ordinateurs qui peut chauffer beaucoup. Du coup, les constructeurs ont tous déployé des solutions pour lutter contre ce phénomène et celles-ci vont avoir une incidence sur le bruit généré par votre alimentation.

On recense trois types d’alimentation différentes en matière de refroidissement :

- celles disposant d’une ventilation active, qui constituent la majeure partie. Qui dit ventilateur dit potentiel bruit, on veillera donc à bien vérifier le niveau sonore (pour peu qu’il soit communiqué par le constructeur). Certains modèles sont 100% actifs mais les versions auto ou thermorégulées sont aussi très développées. Privilégiez également les références avec un ventilateur le plus grand possible et avec une grille à structure en nid d’abeilles. Leur avantage est qu’elles affichent généralement un bon rapport qualité/prix.

- il y a des alimentations à ventilation dite passive ou fanless, c’est-à-dire complétement dépourvues de ventilateurs. Pour dissiper la chaleur, la structure des blocs est très aérée et des éléments de type caloducs sont parfois utilisés pour le transfert calorifique. Les reines du silence !

  • il y a enfin l’entre-deux, les alimentations PC à ventilation semi-passive ou hybride : il s’agit en fait d’alimentations dotées d’un ventilateur mais celui-ci ne se déclenche qu’à partir d’un certain seuil de température ou d’un pourcentage de charge. Lorsque ce seuil n’est pas atteint, le ventilateur est complètement désactivé contrairement aux modèles à ventilation active. C’est un compromis à tous les sens du terme puisque ces alimentations sont aussi silencieuses que des passives à certains moments et aussi bruyantes que des classiques à d’autres.

alim 1 3

Bien aérée, cette alimentation Seasonic dispose d’un système de refroidissement fanless. Aucun ventilateur pour un bruit inexistant.

Alimentation modulaire ou non

Pour fournir en électricité tous vos composants, les alimentations sont vendues avec les connectiques adaptées et les câbles associés. Tout le monde n’ayant pas la même configuration et donc les mêmes besoins en la matière, les fabricants ont développé le concept de modularité de la connectique : ainsi, une alimentation pour PC peut être modulaire, semi-modulaire ou non-modulaire.

Ces dernières ont ainsi tous les câbles déjà connectés au bloc d’alimentation et ils ne peuvent être ôtés. Résultat, si la connectique de votre alimentation est plus fournie que vos besoins, vous vous retrouverez avec de nombreux câbles inutilisés qu’il faudra agencer soigneusement pour qu’ils ne trainent pas dans le boîtier.

alim 1 4

Avec la montée en flèche des configurations personnalisées et esthétiques, les constructeurs se sont mis au diapason en proposant de nombreux coloris pour les câbles de votre PC, y compris l’alimentation.

A l’opposé, les alimentations totalement modulaires proposent des câbles détachables. Non seulement vous vous servez ainsi uniquement de ce dont vous avez besoin mais en plus vous facilitez, le montage, le câble management et même la ventilation du boîtier qui n’est pas encombrée. De plus, si vous faites un boîtier très personnalisé, il est alors possible d’opter pour d’autres câbles, colorés, gainés ou esthétiquement adaptés à votre configuration.

Enfin, comme pour les systèmes de refroidissement, un entre-deux existe : les alimentation semi-modulaires. Tout est dans le nom ! Les câbles essentiels (CM, CPU), sont fixes et tous les optionnels (PCIe, SATA, etc.) sont détachables.

 

Une histoire de câbles
Toutes les alimentations sont fournies avec des câbles. Mais pour qui souhaite réaliser un PC véritablement personnalisé, il est possible d’opter pour des câbles colorés et harmonisés avec le reste de votre configuration. Evidemment, l’opération ne vaut que pour les alimentations modulaires.

Généralement gainés – pour une plus grande résistance -, ces câbles personnalisés valent surtout pour l’esthétique et ne concernent pas que l’alimentation. Mais si vous optez pour un boîtier PC fenêtré avec un intérieur esthétique, faites le choix d’une alimentation modulaire et de câbles de la couleur de vos autres composants. Effet garanti !

Comprendre les caractéristiques techniques d'une alimentation

Puissance : ni trop, ni trop peu

"Sans maitrise, la puissance n’est rien" disait une vieille publicité. Le slogan est tout à fait adapté au choix de la puissance de votre alimentation qui s’exprime en watts.

Un PC puissant, pour le jeu ou tout autre usage, ne doit pas disposer d’une alimentation sous-dimensionnée. Le système d’exploitation pourrait y être instable, les redémarrages intempestifs et le PC pourrait refuser de démarrer. Un courant électrique erratique délivré par une alimentation en surchauffe et ce sont vos composants qui se retrouveraient en danger. Qui plus est, une alimentation PC sous-dimensionnée serait beaucoup trop bruyante et moins pérenne.

Ne tombez pas non plus dans l’excès inverse, une course à la puissance aussi dispendieuse qu’inutile : une alimentation surdimensionnée n’offrira en effet aucun gain de performance et alourdira considérablement votre facture, même si elle consommera et chauffera moins (et donc durera plus longtemps. De plus, les Watts comptent : une grosse puissance avec un sous-ampérage est un réel problème !

Il y a une règle d’or à garder en tête : une alimentation PC consomme ce dont elle a besoin (à nuancer toutefois avec la notion de certification, voir plus bas). Il vous faut donc estimer la consommation électrique de tous vos composants en incluant une marge supplémentaire. Cela évitera à votre alim de passer son temps à plein régime et vous permettra de disposer de latitude pour les améliorations que vous apporterez à votre PC dans le futur (changement de processeur, ajout d’une seconde carte graphique…) et qui modifieront les besoins électriques.

Rassurez-vous, des outils automatisés se chargent d’estimer la puissance nécessaire à votre machine à partir de la liste des composants et des périphériques USB. C’est le cas chez certains constructeurs (comme Be Quiet ou encore Seasonic) et celui proposé par Outvision est également d’excellente qualité. Et comme vous le savez, nos conseillers sont aussi à votre disposition pour vous guider sur la puissance nécessaire.

Connectique

La base de la connectique d’une alimentation ne vous posera pas de souci : toutes disposent d’un connecteur ATX 24 broches, parfois détachable, pour se relier à votre carte mère.

Mais en matière de branchement, c’est plutôt le reste de votre configuration qui va dicter vos besoins. Et c’est notamment le modèle de votre carte graphique qui va être déterminant : certaines réclament un ou plusieurs connecteurs PCI-Express à 6 broches, d’autres en 8 broches. On comprend aisément qu’il faudra être particulièrement vigilant pour alimenter un PC multi-GPU...C’est pourquoi nous avons intégré un filtre Multi-GPU dans notre catégorie Alimentation. Dans la même veine, vous trouverez de quoi filtrer les alimentations en fonction de la connectique réclamée par votre carte-mère, toujours pratique ?

Les processeurs nécessitent, eux, souvent un connecteur 4 ou 8 broches (qui peut être un 2x4 broches).Il est parfois accompagné d’un 4 broches voire d’un 2e 8 broches pour les cas particuliers (overclocking par ex.)

Vos autres composants ont aussi besoin d’électricité et rentrent en ligne de compte, souvent en SATA ou PCI-E. Impossible donc de donner des conseils d’ordre général, mais listez avec minutie tous vos besoins en connecteurs Sata, câbles longs ou courts, etc.

On trouve aussi encore des connecteurs Molex sur certaines alimentations : ceux-ci furent largement utilisés dans le passé pour les lecteurs optiques, disques durs et certains accessoires.

Comme nous le mentionnions au chapitre précédent les alimentations dites modulaires permettent de ne brancher que les câbles nécessaires, vous évitant ainsi de vous retrouver avec une forêt de fils électriques inutiles à l’intérieur du boîtier.

Des alimentations certifiées

Une partie de la puissance électrique entrant dans l’alimentation est perdue : en schématisant, elle est transformée en chaleur en cheminant dans les composants. Pour un besoin énergétique donné, votre alimentation doit donc fournir un surplus pour compenser ces pertes : en schématisant, pour fournir 400W à votre PC, certaines alimentations vont consommer 500 watts.

Le rapport entre énergie consommée et énergie produite permet d’en déduire un rendement énergétique en pourcentage. Et c’est ce rendement qui a été mis à profit en 2004 par Ecos consulting pour créer les certifications « 80 Plus » qui indiquent à minima un rendement de 80%. Au fur et à mesure des progrès technologiques, ce label a évolué pour distinguer différents niveaux de rendements, chacun portant le nom d’un métal. On compte ainsi les certifications :

alim 1 5

Toutes les certifications d’alimentation sauf la première ont un nom de métal.

80 PLUS Certification

230V EU Interne non redondant

% de la charge nominale

10%

20%

50%

100%

80 PLUS

-

82%

85% / PPC .90

82%

80 PLUS Bronze

-

85%

90% / PFC .90

85%

80 PLUS Silver

-

87%

90% / PFC .90

87%

80 PLUS Gold

-

90%

92% / PFC .90

89%

80 PLUS Platinum

-

92%

94% / PFC .90

90%

80 PLUS Titanium

90%

94% / PFC .95

96%

94%

Attention toutefois, ce label est un indicateur de rendement, pas de qualité et il est payant pour les constructeurs. Certains ne possèdent ainsi pas de certifications mais offrent tout de même un rendement qui l’aurait permis.

Alimentations monorail ou multirails

Une alimentation PC peut être composée d’un ou plusieurs rails 12 V (mais aussi de rails 5 et 3,3V).
Dans le cadre d’une alimentation multi rails, vous disposez de plusieurs lignes 12V limitées en intensité. La puissance requise est alors répartie entre lesdits rails. Ainsi, en cas de surintensité, une alimentation multi rails va se couper pour éviter les dégâts. En contrepartie, la charge – même peu importante – doit être équitablement répartie entre les différents rails pour éviter une surcharge. Une grosse intensité sur tous les rails évacue évidemment cette contrainte.
Avec une alimentation monorail, cette contrainte disparaît, toute la puissance est disponible sur un seul et unique rail de 12 V. On ne se pose alors plus la question de la répartition des périphériques, on peut envisager l’overclocking ou l’ajout d’une carte graphique sans sueur froide.

Acheter ou renouveler, les questions à se poser

Maintenant que vous comprenez tout sur les alimentations PC vient l’heure du choix. Qu’il s’agisse d’un nouveau PC ou d’un changement dû à l’intégration de nouveaux composants dans votre ordinateur, la méthode est la même et suit tout ce que vous venez de lire !

Logique, en premier lieu, il s’agit de choisir le format pour comparer ce qui est comparable. L’ATX s’étant imposé un peu partout, sauf en cas de mini PC, c’est ce qu’il faut privilégier.

Ensuite définissez bien la puissance nécessaire à votre configuration. Ne mégottez pas sur le calcul et gardez une marge pour être serein. Nous le répétons, ne tombez pas dans l’excès inverse.

En revanche, pensez long terme : les performances de votre alimentation n’imposeront pas de la changer aussi fréquemment qu’un gamer renouvelle sa carte graphique. Il faut donc anticiper si vous pensez ajouter des composants à plus ou moins long terme. Si tel est le cas, optez déjà pour un modèle modulaire qui vous limitera moins en connectique et vous permettra de faire évoluer votre PC sans que cela soit le bazar des câbles à l’intérieur !

Côté performances et sécurité, pas de secret : privilégiez les marques spécialistes, qui affichent des garanties longues (parfois jusqu’à 10 ans) et qui disposent d’une certification 80 Plus.

Dernier élément et non des moindre : le bruit. Votre alimentation sera mise à contribution autant de temps que votre PC est allumé ! Ce composant chauffant beaucoup, les constructeurs se doivent de proposer un système de refroidissement actif (ventilateurs) ou passif (fanless). Evidemment, ce dernier fera du bien à vos oreilles puisque la chaleur est dissipée sans bruit.

alim 1 6

Un beau PC gamer comme notre Unity offre un compartiment isolé pour l’alimentation : silencieux, esthétique et pratique !

 

Branchement/position dans le boîtier
On voit parfois fleurir la question sur nos réseaux sociaux sur la place et le sens de montage d’une alimentation PC. Ce qui compte ici c’est bien de disposer d’un flux d’air optimum, qui aspire l’air frais de l’extérieur vers l’intérieur et repousse l’air chaud vers l’extérieur. Evidemment cela dépend de la conception du boîtier (d’ailleurs nombre de constructeurs proposent désormais des compartiments isolés en bas) et du système de refroidissement de l’alimentation. Avec un semi-passif, le ventilateur peut être tourné vers l’intérieur du boîtier pour éviter que la chaleur ne s’accumule sur les composants ou le PCB lorsque le ventilateur n’est pas actif. Avec une alimentation plus classique, il sera souvent tête en bas.

Visiteurs

  • Navigateur: Unknown
  • Version Navigateur:
  • Système d'exploitation: Unknown
jeudi 18 août 2022

Appelez-nous

+(33) 02 48 83 11 44

 

Notre Adresse

ZAC de la Garenne

24 avenue de Saint Sauveur

18120 Méreau - France